Comment créer une infolettre efficace

Les infolettres, malgré ce que certains croient, sont encore d’actualité et peuvent avoir de grandes répercussions si elles sont faites de la bonne manière. C’est un moyen de rejoindre, directement dans leur boîte courriel, vos clients et prospects. En moyenne, une personne vérifie ses courriels 15 fois par jour. Nous vous proposons quelques trucs pour créer une infolettre pertinente qui aura l’impact désiré.

 

Avoir un objet captivant et percutant

Beaucoup de courriels ne sont pas lus en raison de leur titre. L’utilisateur moyen reçoit environ 150 courriels par jour et en supprime près de la moitié. En ayant ceci en tête, vous devez trouver un titre précis qui reflète le contenu de votre infolettre et préférablement qui s’adresse à votre destinataire. Exemple : « PROMO : 50 % de rabais sur nos produits » ou encore « Une grande nouvelle pour notre entreprise! ». Évitez les tournures génériques du genre « Infolettre de mai » qui ne provoqueront rien ou presque chez le lecteur!

 

Avoir un objectif, pourquoi j’envoie cette infolettre?

Une infolettre doit avoir un but, une raison d’être. Est-ce du contenu pour informer vos clients sur vos nouveaux produits? Est-ce l’annonce d’une promotion? Une nouvelle importante vous concernant? Garder votre objectif en tête vous aidera à rédiger une infolettre efficace et qui vous sera favorable.

 

Limiter les sujets abordés et favoriser les aperçus

Une infolettre ne doit pas contenir trop d’information ou de sujets différents, autrement vous perdrez l’attention du lecteur et il fera autre chose (comme supprimer le courriel). Limitez-vous à trois sujets maximum par infolettre et veillez à mettre de courts aperçus dans vos courriels de sorte à limiter le temps de défilement.

La meilleure pratique est d’utiliser des boutons de type « Lire la suite » à la suite des aperçus pour que les lecteurs intéressés se rendent sur votre site web afin de lire l’article complet. Cela améliorera aussi l’achalandage de votre site web, un des buts d’une infolettre. Vous pouvez aussi renvoyer la personne vers votre page produit, votre section « Liquidation » ou vers le formulaire « Nous joindre » ou de demande d’information dépendamment de l’objectif de l’infolettre. Il faut toujours penser à limiter le nombre de clics, si vous voulez une vente, ne passez pas par trois pages (et trois clics) avant d’y arriver!

 

Être à l’écoute de son audience et segmenter les abonnés

Soyez à l’affût des sujets qui interpellent vos abonnés et envoyez-leur des contenus qui répondent à leurs besoins. Il est aussi recommandé de segmenter vos listes d’abonnés de sorte à pouvoir personnaliser davantage vos infolettres à un type de public cible.

Voici quelques options de segmentation qui peuvent être intéressantes :

  • Langue parlée
  • Région
  • Sexe ou âge
  • Profil de consommateur (n'a jamais acheté, a acheté une fois, a rempli son panier mais n'a pas fini la commande, etc.)

  

Choisir le bon moment

De manière générale, il est recommandé d’envoyer vos infolettres durant le jour, préférablement entre 13 h et 15 h. Évitez le lundi, les boîtes courriels sont déjà pleines des courriels du week-end. Les mardis, mercredis et jeudis sont reconnus pour avoir un grand taux d’ouverture de courriels et le dimanche matin a aussi de très bons résultats puisque les gens sont habituellement à la maison. Un dimanche matin pluvieux est encore mieux!

Concernant la fréquence des envois, il n’y a pas de règle. Une infolettre par mois est recommandée pour garder le contact avec vos abonnés et éviter qu’ils vous oublient. Certaines organisations envoient des infolettres tous les jours, il suffit de vous assurer que leur contenu soit vraiment pertinent afin d’éviter les désabonnements. Évitez à tout prix de sursolliciter vos abonnés, offrez-leur plutôt des contenus utiles qu’ils apprécieront lire.

 

Visuels attrayants et en lien avec votre image de marque

Puisque les courriels sont consultés rapidement, des visuels invitants apporteront beaucoup de dynamisme au courriel et inciteront la personne à lire (ou continuer de lire) vos contenus. Ceux-ci doivent évidemment être en lien avec les sujets abordés. Faites attention à ce que les visuels soient dans un format adapté (la dimension recommandée est habituellement spécifiée dans les outils d’infolettres) pour éviter les bogues d’affichage ou encore que votre courriel soit bloqué par les systèmes de messagerie.

 

Valider la compatibilité avec les téléphones mobiles et les différents outils de messagerie

Comme mentionné au point précédent, les systèmes de messagerie peuvent bloquer votre courriel si celui-ci est jugé comme un « pourriel ». Des bogues dans le code HTML du courriel, des images ou des liens brisés de même que des adresses courriels louches (d’où l’importance d’utiliser un outil d’infolettre reconnu) peuvent faire en sorte que les serveurs des systèmes de messagerie bloqueront votre courriel avant qu’il ne se rende aux destinataires (votre pire cauchemar!). Une fois que le mal est fait, il est très difficile de remédier au problème.

Également, de plus en plus de gens consultent leurs courriels sur leur téléphone, d’où l’importance d’avoir un outil d’infolettre responsive (qui s’adapte à toutes les tailles d’écran). Faites des tests d’envois avant l’envoi officiel pour vous assurer que tout sort bien sur différents appareils et dans les différents outils de messagerie les plus courants (Outlook, Gmail, Windows Live, etc.)

 

Mesurer les résultats 

Pour valider l’efficacité de vos infolettres n’oubliez pas de vérifier les statistiques reliées à celle-ci. Deux ou trois jours après l’envoi, validez le taux d’ouverture ainsi que le nombre de clics sur les liens de l’infolettre. Un bon taux d’ouverture se situe entre 25 % et 45 %. Vérifiez aussi s’il y a eu des désabonnements, si ces derniers sont fréquents peut-être que votre stratégie d’infolettre est à revoir (segmentation des clientèles, contenus envoyés, fréquences des envois, ménage nécessaire dans votre liste d’abonnés, etc.).

 


 

La loi C-28 en résumé

La loi C-28 ou antipourriel a été adopté par le gouvernement canadien en juillet 2014. Elle vise à empêcher les compagnies d’envoyer des courriels électroniques non désirés dont le but est d’encourager le destinataire à participer à une activité commerciale (message électronique commercial ou « MEC »).

Il y a trois exigences générales à remplir pour pouvoir envoyer un MEC à une adresse électronique : vous devez avoir obtenu le consentement tacite ou exprès, vous devez fournir les renseignements d'identification de l’organisation dans l’infolettre (adresse postale complète) et fournir un mécanisme d'exclusion (désabonnement).

 

Consentement exprès : bon à vie, tant qu’il n’y a pas désabonnement

Un consentement exprès doit être obtenu par écrit ou verbalement. Dans les deux cas, la charge de la preuve incombe à l'expéditeur du message; c'est lui qui doit prouver qu'il a obtenu le consentement requis pour envoyer le message.

 

Consentement tacite (ou implicite) : valide deux ans suivant le début d’une des relations suivantes :
  • Relation d’affaires en cours : le destinataire a acheté un bien ou service auprès de vous, a conclu un contrat, a accepté une possibilité d’affaires ou s’en est informé (ex. offre de service déposée)
  • Relation privée en cours : vous êtes un organisme de bienfaisance enregistré et le destinataire vous a offert un cadeau ou un don ou a été bénévole pour vous. Vous êtes un club, une association ou un organisme bénévole et le destinataire est l’un de vos membres.
  • L’adresse courriel de la personne a été publiée ou vous a été donnée (ex. carte professionnelle)

Pour en savoir plus, visitez la FAQ du CRTC sur le sujet.


En conclusion, les infolettres peuvent être très efficaces si elles sont bien utilisées. Pour obtenir de l’aide à ce sujet ou pour vous doter d’un outil d’infolettre performant, communiquez avec nous!